La suite de l’histoire est ouverte

Posted in Du maître du blog à vous on octobre 17, 2010 by Alicee

Rencontre avec Tyriana

Posted in Rex en quête pour son père on octobre 16, 2010 by aymelyne

Tyriana, jeune astropithèque, avait décidé de prendre du temps pour se remettre de ses émotions et essayer de comprendre ce qui avait pu se passer.

Passionnée par la vie animale, elle se demandait si Lucifaire avait bien été tué dans ce combat atroce pour asservir sa planète. Les dégâts qu’il avait causés n’avaient pas encore été complètement effacés. Elle avait pu observer des hectares de plaine brulés et dévastés par le monstre avide de pouvoir. Qu’avait-il pu lui arriver ? Était-il mort dans son propre feu après ce combat terrible ? Elle ne pouvait s’empêcher de frissonner à l’idée qu’il puisse réapparaître pour une nouvelle attaque.

Au milieu d’un champ de ruines calcinées, alors qu’elle était perdue dans ses pensées, elle put apercevoir une petite pousse verte. Elle s’approcha doucement vers la plante qu’elle considérait comme un symbole de renouveau qui lui fit chaud au coeur, quand un jeune homme s’approcha d’elle. Elle se leva, le regarda. Il s’agissait bien d’un des ses congénères, mais elle ne l’avait encore jamais rencontré.

« Bonjour, lui dit-elle sortant de sa rêverie. Je m’appelle Tyriana »

Lucifaire sous sa forme originale

Posted in Grandeur et décadence de Lucifaire on octobre 4, 2010 by Alicee

Quoi d’attrayant a le visage de Lucifaire? ses yeux, fragments de violence, quand tu les croises c’est la fin. Egorgée, broyée, lacérée, la vie, un sombre craquement une proie, plus aucun sens, la parabole s’inverse.

Fils de Lucifaire

Posted in Rex en quête pour son père on mai 21, 2010 by Alicee

Dans les contrés mystérieuses du divin enchanteur et dangereux Lucifaire il se tenait maintenant son fils pour faire régner la force de leur nouvel empire. L’objectif qu’ils s’étaient donnés était d’éradiquer les sources de faiblesse provenant des créatures sensibles et cartésiennes comme les astropithèques et d’autres espèces qui aux yeux de Lucifaire n’avaient pas leur place dans l’univers qu’il essayait de maintenir à son idéal. Lucifaire pensait que Pandore serait la planète exemplaire pour que règne l’ordre du pouvoir suprême. Chaque astropithèque, chaque faiblesse dans le système représentait un obstacle dans son plan de prise du pouvoir du monde. Lucifaire avait appris à son fils Rex à se donner leur apparence pour les approcher, connaitre leur vie, leur plan et déjouer systématiquement toutes leurs entreprises pour se développer. Je vais raconter une histoire qui a marqué la mémoire de toute une génération d’astropithèque.

Naissance du premier fils et serviteur de Lucifaire,Rex

Posted in Renouveau : la naissance de Rex on mars 1, 2010 by Alicee

Rex la monture de lucifaire

Et alors le monstre sorti du nombril de Lucifaire s’était résigné à être le serviteur de son père. Lorsqu’il le vit au sol baigné dans son sang, il s’avança de lui, le pris avec ses griffes et l’emmena dans un endroit à la fois  magique et maléfique qui pouvait guérir lucifaire de ses nouvelles blessures. Plus tard lorsque Lucifaire fut rétabli, il surnomma son serviteur Rex, et ce personnage fut sa première monture.

Posted in Grandeur et décadence de Lucifaire on février 25, 2010 by Alicee

ET alors dans le bruit du vent, la lumière dorée du soir Lucifaire hurla de plaisir. Ce plaisir que l’on peut ressentir lorsque l’on se croit maître en ses lieux, comme un sentiment de pouvoir infini. Un bruit se fit entendre là tout près de son visage. Au début il n’y prêta pas attention car il était tout excité à l’idée d’avoir à sa disposition encore plus de pouvoirs, ceux d’engendrer des créatures qui deviendraient à son service pour faire régner l’ordre selon Lucifaire. Chaque jour son pouvoir sombre augmentait mais il était quand même préoccupé de savoir si un jour il pourrait devenir et remplacer le tout puissant des mondes, l’intouchable créature respectée de tous les vivants des mondes.

Lucifaire n’entendit  pas le bruit que fit la balle entrant dans son corps, ni les suivantes qui le perforèrent en une fraction de seconde. Il ne comprenait pas ce qui le touchait . Il ne connaissait pas cette douleur, ni ces instruments fait pour tuer. Mais lorsqu’il voulut marcher son corps ne répondait pas comme il le souhaitait. Il voulu se tourner mais son corps s’affaissa progressivement. Pendant quelques instants il pensa qu’il pouvait exister quelque chose de plus profond que lui, quelque chose qu’il ne connaissait pas encore, le silence, ça le dépassait pour le moment mais sa conscience continuait de résister. Dans son illusion de contrôle il entreprit de se servir de son pouvoir télépathique lui permettant de sentir la présence qui l’empêchait d’agir à sa guise. Et là il vit quelque chose d’étrange:  Une demi douzaine d’êtres ressemblant fort aux êtres humains, c’était d’anciens terriens, ils se faisaient appeler les astropithèques en souvenir de leur origine ancestrale. Ils avaient migrés dans l’espace sur pandore lors de l’extinction de la race humaine sur terre, exécutée par les soins de Lucifaire et ses autres soldats de l’univers devant renverser l’espace chaotique universel créé par les hommes.

Un jour viendra où…

Posted in Grandeur et décadence de Lucifaire on février 24, 2010 by Alicee

Lucifaire regarda la chose sortie de son nombril, une sorte de monstre rampant aux deux fentes sombres en guise de visage. Il se méfiait de ses réactions, car il sentait une hostilité profonde et menaçante. Lui étant jeune, il n’avait pas hésité a dévorer ses parents à cause d’une colère incontrôlable. Et n’oublions pas que Lucifaire était capable de lire dans les pensées des gens ce qui le rendait particulièrement redoutable pour agir avant et éliminer ses proies très vite. Soudain le monstre rampant allait lui sauter à la gorge quand Lucifaire avant qu’il n’est eu le temps de faire un seul geste lui cisailla une partie du corps avec ses deux grosses griffes et le sang lui gicla au visage. La bête se jeta alors au sol en se tordant de douleur et en gémissant des cris perçants. Lucifaire s’avança en grognant et d’un air cynique il lui enfonça une autre griffe dans le corps en lui adressant ces mots:

-Faible chaire,  ta vie est mienne, tu devras payer le prix de ta vie. Ta destinée est mienne.

Il souleva alors le corps inerte de l’être souffrant et il le lança en l’air avant qu’il ne s’écrase plus loin dans une flaque de boue où il s’évanouit. Et il dit encore

-je suis le maître, l’unique force qui grandit, je peux engendrer des soldats qui m’aideront à rendre le monde meilleur. Un jour viendra où ma puissance dépassera celle du tout puissant de l’univers.

les ennuis de Lucifaire

Posted in Grandeur et décadence de Lucifaire on février 14, 2010 by Alicee

Alors il s’était passé peut-être une journée ou quelques heures nul ne le savait parce qu’ici dans ce monde le temps était variable. Lucifaire ne savait plus ce qu’il faisait ici sur cette planète. Avait-il été envoyé par le tout puissant des univers ? ou bien était-ce encore une punition à cause de ses nombreux comportements problématiques. Il n’arrivait plus à s’en souvenir. Cela lui était égal en fait. Il se disait peut importe de toute façon je dois obtenir tout ce qui me plait. Il pensait ne rien devoir à personne, il n’était attaché à rien, il pensait qu’il était maître en tout lieux, puissant  peut-être même aussi puissant que le tout puissant créateur des mondes respecté par son extrême bonté et supériorité.  N’oublions pas que Lucifaire avait tué ses parents sans l’ombre d’un remord. Il n’avait aucun état d’âme il pensait être le maître du monde.

Quand il essaya de se lever du sol, il eut une douleur telle qu’il s’entendit pousser un cri. C’était ces fâmeuses cornes qui avaient poussées dans son ventre. Puis, curieusement il entendit un craquement intérieur et là il vit sortir de son abdomen une espèce de monstre rampant qui s’étandait sur plus d’un mètre. Il poussa encore quelques cris de douleurs malgré lui. Il finit par s’allonger sur le sol exténué et il se prêta à r^ver qu’il avait une descendance. Lorsque le monstre rouge et noir se tînt fixement devant sa figure en sortant sa langue veinéneuse il s’adressa à lui en ces termes par la pensée: -Serviteur de Lucifaire tu portera mon nom, tu seras ce que je n’ai pas pu être encore, là où je ne pourrais aller tu iras, là où je ne pourrais tuer tu tueras.

Mais la créature ne semblait pas soumise encore à lui, d’ailleurs elle lui faisait face comme si elle avait des mauvaises intentions. Lucifaire sentit cette sorte d’animosité car il connaissait très bien le mal et les mauvaises intentions, aussi il sortit vite ses griffes pour être le premier à attaquer. La bête sortit de Lucifaire le fixait de ses deux fentes sombres…

suite l’ombre de Lucifaire

Posted in Grandeur et décadence de Lucifaire on décembre 25, 2009 by Alicee

Donc en se tenant le ventre devenu gênant avec ses nouvelles cornes poussées on ne sait comment lors de son très long sommeil sans rêves, Lucifaire se rappela ses trophés et ce qu’il considérait être sa gloire. Il se rappelait combien il dévorait à pleines dents les jeunes astropithèques sur Pandore comme sur la Terre. Lucifaire était le plus haut responsable du massacre sur terre des humains, c’est pourquoi devant cette réussite Le Tout Puissant de l’univers lui confia la même mission sur Pandore pour éradiquer les astropithèques. Les astropithèques ressemblaient aux humains, il descendaient d’eux car leurs ancêtres étaient en fait d’anciens humains venus de la planète terre et qui avaient réussis à s’échapper lors du premier massacre destiné à les éradiquer. Ces rescapés, une poignée d’hommes et de femmes avaient attéris sur Pandore. Et de génération en génération ils avaient réussis à repeupler cette nouvelle planète jusqu’au jour où quelques milliers de siècles s’écoula, ils mirent à nouveau en péril l’équilibre cosmique de l’univers à cause de leurs erreurs.

Alors Lucifaire n’avait aucun état d’âme à supprimer à nouveau la vie de cette espèce. C’était le Tout puissant Esprit de l’Univers lui-même qui avait chargé Lucifaire d’organiser l’éradication de cette espèce jugée nuisible à l’environnement et surtout incapable de faire évoluer son monde non seulement sur terre mais aujourd’hui sur Pandore. En fait, Lucifaire avait été engagé pour cette mission car les astropithèques étaient doués d’un fort instinct de protection depuis le massacre qu’ils avaient subi sur terre et ils avaient développé un nouveau pouvoir ou une superprotection. Il était devenu très difficile et inefficace de les éliminer à distance avec des catastrophes « naturelles » ou des guerres programmées or il fallait maintenant agir vite car l’équilibre cosmique était à nouveau en danger. Avec la survenue de Lucifaire et de quelques frères de son espèce cette race commençait déjà à se décimer assez largement. Lucifaire aimait son métier, il se sentait utile, comme un sauveur. Il savait que dans d’autres conditions tuer pour rien était mal car on lui avait expliqué cela étant petit lorsqu’il avait dévoré ses parents et toute sa famille suite à un élan colérique. Il avait été puni pendant plusieurs années pour cela dans des sites spéciales pour créatures extrêmement dangereuses pour autrui. Mais les méthodes utilisées pour convertir Lucifaire à des moeurs acceptables avaient échouées si bien qu’on fût obligé d’envoyer Lucifaire dans un monde spécialement conçu par les décisionnaires cosmiques pour séparer les monstres irrécupérables des autres créatures du reste de l’univers. Apparemment dans ce monde fermé et impitoyable Lucifaire ne souffra pas tant que ça. Il paraît qu’il donna libre cours à sa fantaisie, ce qui lui appris beaucoup sur la perversion et la violence.  Là, sur Pandore il pouvait tuer plus d’une centaine d’astropithèques par jour quand il était en forme. Sa tactique était de prendre l’apparence de ses victimes. Il se déguisaitpar transformation de ses organes et donnait l’illusion d’être une personne tou à fait convenable. Depuis quelques années un phénomène étrange apparaissait, c’est que des dons et sa force noire augmentaient à mesure qu’il prenait les âmes des astropithèques. A la base il était doué d’une forme intelligence extra sensorielle. C’est à dire qu’il pouvait connaître toutes les pensées, sentiments et intentions de toute créature, et leur faiblesse aussi. En quelques minutes il réussisait à donner confiance et amener l’inconscient personnage à perdre sa vie. J’expliquerai tous les dons qu’il avait réussi à développer au fur et à mesure de ces quêtes. Pour le moment Lucifaire s’ennuyait beaucoup car il ne se doutait pas de ce qui allait lui arriver…

L’ombre de Lucifaire

Posted in Grandeur et décadence de Lucifaire on décembre 24, 2009 by Alicee

Or un matin Lucifaire se leva pour faire ses besoins bien qu’il ne voyait aucun intérêt à cela puisqu’il n’avait ni but dans sa vie, ni conscience de lui-même. Il sentait que son corps le gênait ou bien peut-être était-ce sa propre présence qu’il avait de lui et qu’il ignorait? Lorsqu’il se leva, non sans mal car cela faisait des centaines de lumière de lune qu’il gisait las et sans but sur le sol, il vit soudain que son ventre avait doublé de volume et que des petites cornes commençaient à sortir de chaque coté de son corps. Il vit surgir les deux grosses cornes qui devienrent toutes noires solides et aiguisées comme des lames. Il pensa tout d’abord que c’était un nouveau gadget, une récompense de la nature suite à ses actes de bravour et de tuerie pour obéir au Tout puissant des Mondes.

– Cce nouvel anatomie me permettra de mieux dévorer mes proies, les astropithèques.

C’était des petites êtres très mignons, fragiles et faciles à tuer. Tout l’art d’attrapper ces bêtes étaient de savoir les amadouer en inventant un mensonge vraissemblable par exemple ou en les flattant. Il leur faisait croire parfois qu’il était riche, qu’il allait les aider, les nourrir, les protéger. Ou alors des fois il pouvait simplement être gentil avec eux, il leur raconter des histoires dont ils pourraient être un jour le héro. Ces êtres redevenaient très vite comme des enfants devant une glace à la chantilly car ils étaient avides d’affection. Et lorsque l’astropithèque se laissait attendrir, commencait à sourire et voulait nouer une forme d’amitié avec Lucifaire, il savait qu’il fallait agir vite: l’isoler dans un coin, lui crever d’abord les yeux avec ses griffes pour éviter que dans sa frayeur il prenne la fuite, puis ensuite il arrachait le plus souvent la langue parce que ces bêtes là poussaient des hurlements gênants. Il finissait par couper les mains et les pieds de façon à obtenir les parties principales à déguster. Lucifaire aimer en plus de tuer simplement par devoir, il aimait manger les parties les plus douces et tendre du corps, le coeur, la cervelle, et les joues de l’astropithèque. En effet, Lucifaire considérait que l’odeur fine et les saveurs caractéristiques qui se dégageaient de ces parties lui semblaient être de bon goût et digne de son rang, un rang de commandant chef de la grande armée de l’ombre.

Il fermait les yeux et se revoyait quelques centaines d’années lumière de là lors des fêtes qui marquaient la victoire des combattants de l’ombre pour la fin de la vie humaine sur terre. Leurs prisonniers humains étaient dépesser sur place et on les mangeaient comme un vulgaire met pour terroriser ceux qu’il restait à exterminer en signe domination et aussi pour se faire plaisir. Lucifaire considérait que le foie, les épaules et les parties tendres des bras et des jambes étaient fades aussi il laissait cela à ses souffifres.

Sur Pandora, on privilégiait la facilité, le rendement, il fallait aller droit au but sinon ta vie était en danger parmis les créatures qui avaient réussies à résister à la terreur et la désolation, telle était devenue l’évolution des êtres sur cette planètes. Les gens n’avaient pas le temps de penser à une amélioration possible, un mieux être des conditions de vie parce qu’il fallait survivre à ce tel point d’état de chaos.